• REUSSIR BUSINESS – actualités – économie- sénégal-Afrique
  • REUSSIR BUSINESS – actualités – économie- sénégal-Afrique
  • REUSSIR BUSINESS – actualités – économie- sénégal-Afrique
  • REUSSIR BUSINESS – actualités – économie- sénégal-Afrique

29ème année consécutive de profit Emirates

 Le groupe Emirates a annoncé sa 29ème année consécutive de profit et l’expansion constante de ses activités, malgré une année turbulente pour l’industrie aérienne. Il affiche un bénéfice de 2,5 milliards AED (670 millions $US) pour l’exercice clôturé le 31 mars 2017.


emirates 2Le Groupe Emirates a publié les chiffres de ses résultats de l’année  écoulée pour afficher un bénéfice de 2,5 milliards AED (670 millions $US) pour l’exercice clôturé le 31 mars 2017 ; en baisse de 70% par rapport au résultat record enregistré l’année dernière. Le chiffre d’affaires du Groupe a atteint 94,7 AED (25,8 milliards de dollars US), soit une augmentation de 2% par rapport aux résultats de l’exercice précédent : Quant au solde de trésorerie du Groupe, il a diminué de 19% en passant à 19,1 AED (5,2 milliards de dollars US). Cela est dû principalement au remboursement de deux obligations arrivées à échéance et les investissements importants en cours pour renforcer sa flotte et les services connexes.

Conformément à l’environnement commercial actuel et en vue de soutenir les prochains investissements du Groupe, aucun paiement de dividende ne sera effectué à la Société d’investissement de Dubaï (CIM) pour 2016-17. Son Altesse (H.H.) Le Cheikh Ahmed Bin Saeed Al Maktoum, président et chef de la direction d’Emirates Airline and Group, a déclaré en ces termes : Emirates et dnata ont continué à générer des bénéfices et à prospérer, en dépit du fait que 2016-17 a été l’une de nos années les plus difficiles à ce jour.  « Au fil des ans, nous avons investi pour développer nos capacités commerciales et bâtir notre réputation. A présent nous récoltons les fruits de ces investissements car ce sont ces bases solides qui nous ont permis de faire face aux différents évènements déstabilisants qui ont eu une incidence sur les demandes de voyages au cours de l’année. Entre autres évènements on peut citer le vote du Brexit, les défis de l’Europe en matière d’immigration, les attaques terroristes, les nouvelles politiques ayant un impact sur les vols en direction des États-Unis, la dévaluation de la monnaie et les problèmes de rapatriement des fonds dans certaines régions d’Afrique sans oublier l’effet continu de l’industrie du pétrole et du gaz sur la confiance et les demande en matière de voyages ».

En 2016-17, le Groupe a investi collectivement 13,7 milliards AED (US $ 3,7 milliards) dans de nouveaux avions et équipements, l’acquisition de sociétés, les installations modernes, les dernières technologies et des initiatives au bénéfice du personnel. Dans ses filiales et sociétés d’un nombre de plus de 80, le Groupe a augmenté sa main d’œuvre totale de 11% à plus de 105 000 personnes, représentant plus de 160 nationalités différentes.

Performance d’Emirates

La capacité totale de passagers et de fret d’Emirates a franchi la barre des 60 milliards, à 60,5 milliards d’ATKM à la fin de 2016-17, en consolidant sa position de plus grand transporteur international au monde. La compagnie aérienne a augmenté sa capacité au cours de l’année de 4,1 milliards de tonnes kilomètres disponibles (ATKM), soit 7% par rapport à 2015-16.

Emirates a reçu 35 nouveaux avions, son nombre le plus élevé au cours d’un exercice, avec 19 A380 et 16 Boeing 777-300ER. Dans le même temps, 27 des plus anciens avions ont été retirés, ce qui a permis à l’ensemble de la flotte de se chevaucher à 259 à la fin du mois de mars.

En dépit des dévaluations importantes de la devise par rapport au dollar et d’un réaménagement des tarifs en raison d’un environnement commercial hautement compétitif, Emirates a réussi à maintenir son chiffre d’affaires stable à 85,1 milliards AED (23,2 milliards de dollars). L’augmentation imminente du dollar américain par rapport aux devises sur la plupart des marchés clés d’Emirates a eu un impact de 2,1 milliards AED (572 millions $US) sur le chiffre d’affaires et le résultat net de la compagnie aérienne. C’est le deuxième plus grand chiffre d’affaires jamais enregistré au cours d’un exercice financier après celui enregistré l’année dernière.

Emirates a clôturé l’exercice avec une trésorerie saine de 15,7 milliards AED (4,3 milliards de dollars américains). Les revenus générés dans les six régions d’Emirates sont en équilibre progrès, sans que la région ne contribue à plus de 30% des revenus globaux. L’Europe était la région la plus rentable avec 23,9 milliards AED (6,5 milliards de dollars australiens), inchangée par rapport à 2015-16. L’Asie de l’Est et l’Australasie suivent de près avec 22,6 milliards AED (6,2 milliards de dollars australiens), en hausse de 1%. La région des Amériques a enregistré une croissance des revenus de 12,4 milliards AED (3,4 milliards de dollars EU), en hausse de 3%. Le chiffre d’affaires du Golfe et du Moyen-Orient a augmenté de 4% pour s’établir à 8,7 milliards AED (2,4 milliards de dollars E.-U.) alors que les revenus en Afrique ont diminué de 4% pour s’établir à 8,7 milliards de dollars AED (2,4 milliards de dollars EU). Les recettes de l’Asie occidentale et de l’océan Indien ont également connu une baisse de 3% pour s’établir à 7,4 milliards AED (2,0 milliards de dollars EU).

Dans un marché de fret aérien assez difficile avec des demandes en constante évolution, la division fret d’Emirates a enregistré un chiffre d’affaires de 10,6 milliards AED (2,9 milliards de dollars US).

Performance de dnata

En 58 ans d’exercice, 2016-17 a été le plus rentable de dnata, avec, pour la première fois, un bénéfice de 1,2 milliard AED (330 millions de dollars). Sur la base de ses bonnes performances de l’année précédente, le chiffre d’affaires de Dnata est passé à 12,2 milliards AED (3,3 milliards de dollars australiens), en hausse de 15%. L’activité internationale de dnata représente maintenant 66% de ses revenus.

 

Amayi Badji
Amayi Badji /// Journaliste Reporter au Magazine RÉUSSIR

Sur le même sujet

SAR
Ben Laden Group cède ses actions…

Le souhait de Petroleum Chemicals & Mining Company » (PCMC), filiale du groupe Bin Laden,...

Actualités
Angola, Hub régional de tech
Le troisième plus grand IXP d’Afrique à Luanda.
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com