Adepme et Onu-Femmes mutualisent leurs forces

Afin d’œuvrer à la promotion de l’entreprenariat féminin au Sénégal, l’Adepme et Onu-Femmes ont signé mardi à Dakar un protocole d’accord permettant un meilleur accès à la commande publique, aux financements et un renforcement de capacités managériales des femmes.


Dans une optique de promouvoir l’entreprenariat féminin au Sénégal, conformément à l’agenda des objectifs de développement durable, l’agence nationale de développement et d’encadrement des petites et moyennes entreprise (Adepme) et l’institution internationale Onu-Femmes ont signé hier un protocole d’accord afin de faciliter l’accès aux marchés, l’accès aux financements et le renforcement des capacités des femmes entrepreneures.

Cette convention indique ainsi le signal fort de la volonté des parties à développer un partenariat durable qui vise à accroitre la reconnaissance et la visibilité des PME féminines pour leurs contributions effectives à l’économie.  L’objectif de ce partenariat est de fournir un cadre de coopération pour élaborer et exécuter un programme d’appui à l’entreprenariat féminin au Sénégal afin de densifier le tissu des PME féminines et d’en assurer la compétitivité.

Selon Idrissa Diabira, directeur général de l’Adepme, ce protocole vise à baliser le cadre de leur  coopération et à mieux prendre en compte la question du genre dans le domaine de l’entreprenariat. « L’Adepme contribue à la croissance de l’économie sénégalaise et elle doit être inclusive en faisant en sorte que les jeunes, les femmes et les personnes vivant avec un handicap  fassent l’objet d’une attention particulière dans un contexte où l’année 2018 est déclarée année sociale  au Sénégal par le Président de la République.  Depuis 4 mois l’Adepme s’est inscrite dans la mise en place d’un réseau Sénégal-Pme qui associe l’ensemble du dispositif d’appui financier et non financier pour optimiser la politique de l’Etat en faveur des PME. Les échanges avec Onu-Femmes nous permettent de mettre un indicateur à savoir le pourcentage des femmes chefs d’entreprises accédant à la commande publique, accédant aux financements et ayant fait l’objet d’un renforcement dans leurs capacités managériales » a soutenu M. Diabira.

Pour ce qui concerne, Yannick Glemaric , sous secrétaire général et directeur exécutif adjoint aux politiques et programmes d’Onu-Femmes l’Adepme a des outils performants dont pourront autant bénéficier les chefs d’entreprises hommes que les femmes. «Cette coopération nous permet d’avoir une bien meilleure utilisation des outils de l’Adepme. Notre objectif n’est pas de créer une structure séparée par les femmes. Au contraire, nous voulons nous assurer que tout programme ayant pour mission d’accroître la productivité d’une nation bénéficie autant aux femmes qu’aux hommes.  Nous allons sans doute, avec l’Adepme réfléchir  sur le type d’ingénierie organisationnelle des PME pour une montée en puissance, une ingénierie financière conformément aux besoins  des chefs d’entreprise  femmes et au type de formation et d’information » a soutenu M. Yannick Glemaric

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.