Campagne agricole 2017-2018 : La production céréalière estimée à 2 549 357 tonnes

La production céréalière de la campagne agricole 2017-2018 a connu une hausse de 20 % comparée à celle de la campagne précédente. Elle est de 2.549.357 tonnes d’après les résultats préliminaires d’une mission conjointe d’évaluation de cette campagne conduite par le Cilss, la Fao, le Pam et FewsNet rendus publics.


Le ministre de l’Agriculture et de l’Équipement rural, Papa Abdoulaye Seck, lors d’une réunion sur les préparatifs de la campagne de commercialisation arachidière prévoyait que la production agricole 2017-2018 serait supérieure à celle de l’année précédente. Il vient d’être confirmé par les résultats d’une « mission d’évaluation préliminaires des récoltes de la campagne 2017-2018» conduite par le Cilss, la Fao, le Pam et le FewsNet. Il résulte des travaux de cette mission qui s’est déroulée du 6 au 10 novembre 2017 que la production céréalière de cette campagne agricole 2017-2018 a connu une « hausse de 20 % par rapport à celle de 2016-2017 ». D’après les évaluateurs qui ont lu les résultats de leur enquête devant le ministre de l’Agriculture, Papa Abdoulaye Seck et l’ensemble des acteurs du secteur, la production céréalière est estimée à 2.549.357 tonnes.

Toutes les spéculations : le mil, le riz, le sorgho, le maïs, le fonio ou l’arachide, ont vu leurs productions augmenter considérablement. D’après le chef de mission des évaluateurs, Williams Massaoud, la production de riz de cette année est de 1.015.334 tonnes. Comparée à celle de l’année dernière, elle a connu une hausse de 7 %. Pour le mil, la production est de 891.696 tonnes. D’après les résultats de la mission d’évaluation, la production de mil a connu une « hausse de 37 % par rapport à la campagne 2016-2017 et une hausse de 49 % par rapport à la moyenne des 5 dernières années ». La production de sorgho a aussi connu une augmentation de 27 % atteignant, pour cette campagne agricole 2017-2018, 225.696 tonnes.

Selon toujours les résultats préliminaires de la mission conjointe du Cilss, de la Fao, du Pam et du FewsNet, la production d’arachide est de 1.411.574 tonnes, soit une hausse de 42 %. Comparée à la moyenne de ces 5 dernières années, la production arachidière de cette année a connu une hausse de 73%.

Pour les autres productions, celle du maïs est de 417.259 tonnes, soit une hausse de 21 %, le niébé 117.784 tonnes, soit une augmentation de 18 %, le manioc 760.455 tonnes, soit une hausse de 8 % par rapport à la campagne de 2016-2017. Pour le coton, il est attendu une production de 20.000 tonnes, soit une hausse de 32 % par rapport à 2016-2017.

La production horticole a connu une augmentation de 25 % par rapport à l’année dernière, atteignant 1.520.191 tonnes. La production d’oignon attendue est de 400.000 tonnes, soit une hausse de 2 % et la production de pomme de terre estimée à 90.000 tonnes, soit une augmentation de 33 % comparée à l’année dernière. Concernant les fruits et légumes, le niveau des exportations est estimé à 102.000 tonnes contre 91.106 tonnes en 2016-2017 à la même période, soit une hausse de 12%.

Cependant, si la production agricole a connu une hausse considérable, sur le plan pastorale « la situation reste mitigée ». D’après les résultats de la mission d’évaluation du Cilss, de la Fao, du Pam et du FewsNet, cette situation est due à des « faibles pluies enregistrées pendant les mois d’août et de septembre dans la zone Nord ». « Il a été observé un faible développement de pâturage et un niveau limité de remplissage des points d’eaux pour l’abreuvement du bétail dans les département de Linguère, Matam et Podor », souligne le rapport. Toutefois, les évaluateurs précisent que « la situation zoo-sanitaire est calme dans l’ensemble du pays » et « qu’aucun foyer de maladies n’a été signalé ».

Source : Le Soleil