• REUSSIR BUSINESS – actualités – économie- sénégal-Afrique
  • REUSSIR BUSINESS – actualités – économie- sénégal-Afrique
  • REUSSIR BUSINESS – actualités – économie- sénégal-Afrique
  • REUSSIR BUSINESS – actualités – économie- sénégal-Afrique

L’Africapitalisme pour porter l’émergence du continent

A travers sa Fondation Tony Elumelu Foundation, l’homme d’Affaires Tony Elumelu veut aider le continent africain à se doter d’entrepreneurs capables de porter sa dynamique d’émergence.


tony Elumelu doigtA l’heure où le continent africain est perçu comme le futur de l’économie mondiale, il apparaît urgent de doter l’Afrique d’entrepreneurs solides, à même de tirer le plein potentiel. Panafricaniste et philanthrope, Tony Elumelu veut y jouer sa contribution. Ayant lancé Tony Elumelu Entrepreneurship Programme (TEEP), il prône l’Africapitalisme. «Une philosophie économique visant à renforcer le rôle du Secteur privé africain dans la transformation durable du continent et dans la création de ressources à long terme. C’est aussi un appel à l’action, fait à tous les Africains afin qu’ils prennent la responsabilité de leur propre développement», a-t-il expliqué lors d’une visite à Dakar.

Il s’agit, pour la TEEP, d’aider les pays africains à revoir leurs relations avec les pays étrangers, aussi œuvrer pour un changement des mentalités et des comportements pour s’orienter vers des projets à long terme, dans le cadre d’un partenariat tenant compte de la rentabilité des investissements et des objectifs de développement économique, social et humain du continent.

À la rescousse de 10 000 jeunes africains…

 «Dis-mois quelle jeunesse tu as, je te dirai quel pays tu seras», disait le penseur. Pour doter l’Afrique d’une classe de jeunes entrepreneurs capables, la Fondation a sorti les gros moyens. A travers un programme qui s’étend sur plusieurs années, M. Elumelu et ses équipes vont doter les jeunes des moyens nécessaires à l’expansion de leur entreprise. «Le programme permettra d’identifier et d’aider à développer 10 000 start-up et jeunes entreprises africaines au cours des 10 prochaines années avec l’objectif de créer 1 million de nouveaux emplois et 10 millions de dollars de revenus annuels», a expliqué le non moins Président du Groupe United Bank of Africa (UBA).

Pour cette première partie du projet, 5 Sénégalais ont été retenus parmi les lauréats. Avec différents projets, ils ont réussi à se faire remarquer par leur originalité. Racine Sarr est un des heureux élus. Initiateur du projet Shop me Away, il explique l’intérêt. «C’est un site internet, qui permet d’acheter sur n’importe quel site à travers le monde et de se faire livrer au Sénégal. Aujourd’hui, il est plus facile de transférer du matériel de la France vers le Sénégal que de la Côte d’Ivoire vers le Sénégal. Avec notre plateforme, nous voulons corriger ce déséquilibre», explique-t-il. Ainsi, il dit attendre de la Fondation un accompagnement sous toutes les formes et montrer que la jeunesse africaine est capable de faire bouger les choses.

«Le Président Macky Sall est fier de notre projet »

elumelu

 Sitôt débarqué au Sénégal, M. Elumelu n’a pas raté l’occasion de rencontrer le Chef de l’Etat. Au sortir de l’audience, la fierté a été le sentiment le mieux partagé. «Nous avons présenté le projet au Chef de l’Etat sénégalais. Il est très fier de ce que nous faisons. Nous avons discuté avec lui des possibilités de financement des projets du Sénégal dans les domaines de l’énergie, des infrastructures… Il a été très content de voir les 5 lauréats et il souhaite, à l’avenir, que plus de Sénégalais y participent. Ce qui nous a le plus réjoui, c’est le fait qu’il ait compris que c’est aux Africains de porter le développement du continent. Et j’ai hâte de pouvoir financer des projets au Sénégal…», s’est-il réjoui.

Ainsi, les 1000 lauréats sont attendus au Nigéria du 10 au 12 juillet 2015. Parmi eux, à tout seigneur, tout honneur, on distingue 500 Nigérians, soit la moitié des candidats. Suivent les Kenyans (167), soit plutôt des anglophones. Il y a quand même une bonne représentation des différentes parties du continent avec des Ouest-africains comme les Béninois (10), les Sénégalais (5) sans compter les Maghrébins, à savoir les Algériens (5), Marocains (4)… Les projets présentés se retrouvent dans quasiment tous les secteurs économiques. De l’agriculture aux télécoms en passant par les transports, l’éducation, la santé…

Davantage qu’un choix de la fondation, cette répartition sectorielle et par pays montre surtout la popularité de l’initiative du milliardaire nigérian dans les différentes régions du continent.

Amayi Badji
Amayi Badji /// Journaliste Reporter au Magazine RÉUSSIR

Sur le même sujet

Tabaski
Les salaires des fonctionnaires payés vendredi

En perspective de la Tabaski, les salaires des fonctionnaires seront virés à partir du vendredi 25...

Actualités
Extension de locaux
Le CTIC triple sa capacité d’accueil
Actualités
Nécrologie-BTP
Disparition d’Aliou Sow de la CSE
Actualités
Corée-Sénégal
Séoul équipe les riziculteurs du nord
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com