MainOne promeut un trafic Internet local

Le Forum africain sur le peering et l’interconnexion tenu à Lagos, a été le moment choisi par, MainOne pour promouvoir un trafic internet local en Afrique.


Dans une logique de réduire de manière significative les coûts et une amélioration du rendement dans le secteur de la connectivité, MainOne a profité des 72 heures de partage du Forum Africain sur le peering et l’interconnexion de Lagos pour rappeler l’importance de domicilier localement le trafic internet. Pour Funke Opeke, la Pdg de MainOne, le premier fournisseur de connectivité et de solutions,  la mise en application de cette solution est une condition essentielle pour la croissance de l’écosystème internet en Afrique.

C’est par des chiffres et un échéancier à la clef que la Pdg de MaiOne a exposé son analyse du paysage internet du continent pour déboucher sur sa proposition intitulée « Vision 80/20d’ici à 2020 ». « Nous constatons avec regret que l’écosystème actuel consistant à acheminer plus de 80 % du trafic Internet du Nigéria vers l’étranger implique des coûts de transport élevés et une augmentation du temps de latence du service.les transactions lancées depuis l’Afrique entraînent généralement l’expéditeur dans un long périple en dehors du continent, principalement en Europe, en Amérique ou même en Asie, avant d’atteindre le destinataire qui peut être, par exemple, une banque au coin de la rue de l’expéditeur » a renseigné Mme FunkeOpeke. Avant de s’interroger sur les raisons pour lesquelles un utilisateur final sollicitant un accès à ses dossiers dans une banque au coin de la rue souhaiterait voir sa transaction voyager de Lagos à Londres, alors qu’il est possible d’interconnecter ce trafic. Sans manquer d’attirer l’attention sur le fait que ce processus consistant à acheminer le trafic en dehors du continent augmente les coûts de l’Internet et retarde la livraison des contenus dans la région d’environ 150 millisecondes.

« L’Afrique doit retenir davantage de trafic local sur le continent afin de retirer davantage de valeur à l’Internet. Cela est possible en se basant sur des Points d’échange Internet solides et sur un accès à travers des points d’interconnexion locaux et des centres de données locaux qui offrent une plate-forme à différents réseaux pour une interconnexion directe avec d’autres opérateurs et pour l’échange de trafic, garantissant ainsi des coûts de bande passante plus faibles, un accès plus rapide à davantage de fournisseurs de contenus et d’opérateurs et une baisse du temps de latence pour les marchés locaux. » a suggéré Mme FunkeOpeke.

Cette rencontre de 72 heures principalement consacrée au développement d’opportunités en matière d’interconnexion Internet et d’échange du trafic, à l’initiative de l’Internet Society, a été le rendez-vous de fournisseurs d’infrastructures et d’accès à Internet (FAI), les Internet Exchange Points (IXP), les producteurs et fournisseurs mondiaux de contenu, les opérateurs de centres de données, les décideurs politiques et les régulateurs, et d’autres acteurs cruciaux à travers l’Afrique.

 

Réussir Business /// Site d'informations, d'analyses et d'expertises. /// Entreprises, Économie & Actualités.

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.