• REUSSIR BUSINESS – actualités – économiques – sénégal
  • REUSSIR BUSINESS – actualités – économiques – sénégal
  • REUSSIR BUSINESS – actualités – économiques – sénégal
  • REUSSIR BUSINESS – actualités – économiques – sénégal

«Mettre en place des mécanismes de contrôle de l’argent public».

Ancien fonctionnaire des Nations Unies, Dr Ousmane Kane anime une plateforme citoyenne qui a pour but de défendre les intérêts des populations aux niveaux des instances de décisions du Sénégal. En marge du lancement de son mouvement dénommé Far Ak Sénégal, il a répondu aux questions de Reussirbusiness.com sur le FCFA et sur les concessions pétrolières.


Dr Ousmane Kane, Far Ak Sénégal

Dr Ousmane Kane, Far Ak Sénégal

Quelle est votre position sur le débat qui agite le milieu financier de la sous-région actuellement ?

En général, l’autonomie, l’indépendance financière et monétaire est très importante pour un pays. De ce point de vue, je suis pour l’indépendance monétaire du Sénégal. C’est une question qui doit être résolue de manière sous-régionale, car ne n’est pas l’affaire d’un seul pays. Et les experts peuvent nous donner les inconvénients d’une sortie de la zone FCFA. Mais, à mon sens, je suis pour l’indépendance monétaire et la sortie du FCFA. C’est cela ma position et cela n’engage que moi. Ce n’est pas la position du mouvement Far Ak Sénégal.

L’autre actualité de ces derniers jours c’est le débat sur les concessions pétrolières faites aux Majors, que vus inspire ce débat ?

Ma lecture est très simple. Quand on parle de transparence, il faut y aller à fond. La transparence, par exemple dans la gestion des ressources du pays, nécessite quand il y a des questions de ce genre, un débat qui agite le pays, qu’il y ait une enquête. Je pense à la possibilité d’ouvrir une enquête parlementaire. Que l’Assemblée Nationale s’autosaisisse. Qu’elle mène une enquête parlementaire pour élucider toute cette histoire et permettre au peuple de savoir ce qui se passe dans ces concessions. Maintenant, je vais vous dire, depuis l’indépendance ce sont les mêmes personnes qui nous dirigent, elles ont mis en place des systèmes loin d’être clairs. Actuellement on parle de caisse d’avance de caisse noire, des pratiques peu claires qu’il faut essayer de changer en mettant en place des mécanismes de contrôle de l’argent public pour que tout soit clair.

Amayi Badji
Amayi Badji /// Journaliste Reporter au Magazine RÉUSSIR

Sur le même sujet

Résultats Exercice 2016
Les actionnaires BGFIBank se frottent les mains

Les actionnaires du Groupe BGFIBank sont ressortis de l’Assemblée Générale avec le sourire.  Le Président...

A la Découverte
Frais médicaux retraités Af
IPRES seule payeuse francophone
Actualités
Développement international
Orange Libéria lancé
Actualités
Bots for Messenger Facebook
Trois Sénégalais finalistes
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com