Professionnels et étudiants à l’école du genre

Ejicom et son partenaire Ejc ont initié une séance de formation pour une dizaine de journalistes et d’étudiants  sur la dimension genre dans le traitement de l’information économique. Cet atelier entre dans le cadre du programme éthique et excellence dans le journalisme.


Dans le cadre de son programme Ethique et Excellence dans le journalisme, l’école supérieure de journalisme, des métiers de l’internet et de la communication (Ejicom), en partenariat avec European Journalism Centre (EJC), a organisé un  atelier de formation sur la dimension genre dans le traitement de l’information économique. Ainsi, ils ont été une dizaine de journalistes et d’étudiants à prendre part cette initiative pendant 72 heures dans les locaux de Ejicom.

Selon Monsieur Hamadou Tidiane Sy directeur de l’école et facilitateur principal de l’atelier, l’objectif de cette formation est de permettre aux  journalistes  qui sont sur le terrain d’être assez outillés pour désormais  pouvoir porter  un regard sur  l’équité et l’égalité de genre dans de l’information économique  avec « les lunettes genres ».

Engagé dans une explication plus approfondie de la notion du genre qui, le plus souvent, est assimilée à la femme, le formateur François Doaur Guèye  fait le distingo entre le genre et le sexe. « Le genre a une fonction sociale alors que le sexe est biologique », a-t-il d’abord fait savoir. Avant d’indiquer qu’il faut d’emblée comprendre  qu’un reportage sur le genre n’est pas un reportage sur les femmes. C’est, à l’en croire, plutôt de voir où sont les femmes et où elles en sont dans les projets et dans les sociétés comparativement aux hommes. Pour M. François Daour Guéye, cette approche permet de connaitre la place des femmes et de voir aussi les disparités, les inégalités et les discriminations.

Entre autres points essentiels, la manipulation des chiffres, ainsi que les sources d’information ont été autant de sujets d’échanges entre les  participants et les panelistes. Il a donc été  relevé chez les journalistes qu’ils sont très souvent victimes de la manipulation des données ou de chiffres dont la fiabilité est difficile à être vérifiée. Toutefois, dans ces situations il incombe aux journalistes de prendre du recul pour pouvoir faire des recherches de manières subtiles et d’interroger les chiffres pour pouvoir les contextualiser.

Au terme de l’atelier les participants ont manifesté leur satisfaction par rapport à leurs attentes.   Ils ont aussi exprimé leur volonté de voir ces genres de manifestations se perpétuer pour leur donner l’opportunité de renforcer  leurs capacités au bénéfice du journalisme.

Yanda SOW (Stagiaire)

Réussir Business /// Site d'informations, d'analyses et d'expertises. /// Entreprises, Économie & Actualités.

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.