Vente Tigo Sénégal : Millicom rétablit les faits

Suite au communiqué de Wari paru le 3 novembre 2017 qui énonce des faits erronés et des informations mensongères, Millicom se doit de rétablir la vérité dans un souci d’honnêteté et de transparence vis-à-vis du public sénégalais.


Millicom rappelle qu’elle est une entreprise cotée en bourse qui opère selon les normes les plus élevées de transparence et d’éthique et qui agit toujours dans un cadre strictement légal. Toutes les actions menées par Millicom dans le cadre de la vente de Tigo Sénégal sont en conformité avec la loi et l’ensemble des clauses du contrat de cession.

Il est fort regrettable que Wari continue de diffuser des informations fausses qui portent préjudice à l’image du secteur privé au Sénégal ainsi qu’à l’image du Sénégal auprès de la communauté internationale des affaires. En outre, il n’est certainement pas bénéfique pour l’une ou l’autre des parties de débattre publiquement de cette affaire et nous invitons Wari à agir de manière responsable et à cesser de le faire dans l’intérêt de toutes les parties.

Millicom rappelle que :

  • Le 2 février 2017, le groupe Millicom a signé un contrat de cession indirecte de Sentel GSM SA (opérant sous la marque Tigo) au Groupe Wari. Le contrat du 2 février 2017 n’a pas transféré à Wari SA la propriété indirecte des actions de la société Sentel GSM SA. Il prévoyait uniquement que le processus de vente se poursuivrait si plusieurs conditions étaient remplies. Or, la condition de financement n’a pas été remplie.

En effet, étant donné qu’à la date de signature du contrat de cession  Wari ne disposait pas du financement nécessaire pour réaliser cette acquisition et que Millicom avait des inquiétudes quant à la capacité de financement de Wari, il a été expressément et librement convenu entre les parties que si Wari n’apportait pas au plus tard au 2 juin (soit 4 mois après la signature du contrat) la preuve du financement pour l’achat des actions, Millicom aurait le droit de résilier le contrat de cession avec effet immédiat par simple notification écrite à Wari.  Le contrat prévoyait que dans une telle hypothèse, Millicom serait libre de céder Sentel GSM SA à un autre acquéreur et que Wari s’interdisait expressément d’empêcher une telle cession.  Enfin, les parties ont convenu que tout contentieux entre elles devait être résolu par voie d’arbitrage international à Paris, sous les auspices de la Chambre de Commerce Internationale.

  • Le 2 juin 2017, Wari n’a pas apporté la preuve du financement comme prévu par le contrat de cession. Alors qu’aucun échéancier de financement certain et imminent n’était disponible de la part de Wari, Millicom a décidé d’accorder plus de temps à Wari pour tenter d’obtenir le financement et a même proposé d’assister Wari dans ses démarches auprès des banques. En dépit de la bonne volonté de Millicom d’accorder plus de temps à Wari pour obtenir le financement nécessaire, Wari n’a pu apporter la preuve du financement pour l’achat des actions.
  • Le 28 juillet 2017, en l’absence de progrès notables depuis le 2 juin, et après de multiples relances, Millicom a exercé son droit de résiliation prévu au contrat et a notifié à Wari la résiliation irrévocable du contrat de cession, conformément aux termes prévus par ce dernier. A la date du 28 juillet 2017, soit 2 mois après la date butoir et 6 mois après la signature de l’accord de vente, Wari n’ayant toujours pas apporté la preuve du financement requis, la résiliation de la transaction par Millicom a été notifiée dans le strict respect des termes du contrat de cession signé entre les deux parties.

 

  • Le 31 juillet 2017, en conformité avec ses obligations en tant qu’entreprise cotée en bourse, le groupe Millicom a annoncé par voie de communiqué de presse publié dans les médias internationaux et au Sénégal qu’il avait exercé son droit de résilier le contrat de cession de sa filiale Tigo au Sénégal au Groupe Wari. Parallèlement, le Groupe Millicom a également annoncé la signature d’un accord pour la cession de Tigo au Sénégal à un consortium composé de NJJ, Sofima (véhicule d’investissement en télécommunications du Groupe Axian) et du Groupe Teyliom. Le consortium est composé d’experts des télécoms reconnus sur la scène internationale. Le Groupe Teyliom, fondé par M. Yérim Sow est un investisseur de référence au Sénégal et sur le continent Africain avec un groupe aujourd’hui leader en Afrique de l’Ouest sur les secteurs des télécoms, de la finance, de l’énergie et du bâtiment. Aux côtés deTeyliom,, NJJ et Axian, deux groupes de référence mondiale qui ont révolutionné le marché des télécoms en Europe, à Madagascar, à la Réunion et à Mayotte, et aux Comores.

Le consortium propose un vrai projet technologique et économique d’envergure qui favorisera la poursuite du développement de Tigo au Sénégal dans les années à venir avec notamment des investissements majeurs dans les infrastructures techniques, le développement d’expertises locales, des offres innovantes au service de ses clients actuels et futurs, en vue de contribuer à l’inclusion numérique et sociale au Sénégal.

Le contrat de cession de Tigo Sénégal signé le 2 février 2017 avec Wari a donc été valablement et irrévocablement résilié le 28 juillet 2017. La transaction et les relations commerciales entre Millicom et Wari sont bel et bien terminées et toutes les actions intentées par Wari depuis lors constituent une grave entrave au processus de vente auprès du consortium, et sont en complète violation avec les engagements que Wari a pourtant expressément pris à l’égard de Millicom, notamment celui de ne pas intenter d’action  visant à bloquer la vente de Tigo Sénégal à un autre acheteur dans le cas où Millicom exerçait son droit de résiliation prévu au contrat du 2 février 2017.

Par ailleurs, Millicom tient à préciser les éléments suivants :

  • Le consortium, contrairement à Wari, a pour sa part, apporté un financement ferme et certain dès la signature du contrat de cession avec Millicom.

 

  • En tant qu’entreprise cotée en bourse, Millicom a bien informé toutes les parties prenantes par voie de communiqué de presse de la résiliation de la transaction avec Wari. Millicom a également informé verbalement et par écrit les autorités sénégalaises.

 

  • Le 21 septembre 2017, conformément au contrat de cession, Millicom a remboursé à Wari la caution de US$ 10 millions qu’elle avait payée. Le remboursement de la caution a été accepté par Wari, ce qui constitue une autre preuve de l’acceptation par Wari de la résiliation de l’opération.

 

  • La décision de résilier le contrat de cession a été prise dans l’intérêt de Tigo Sénégal et des consommateurs sénégalais, afin d’assurer une continuité de l’activité de Tigo Sénégal avec un partenaire sûr, crédible et capable de tenir ses engagements.

 

  • Le décret du 1er août 2017 sur lequel Wari fonde son communiqué et ses actions a en réalité été pris en réponse à une demande antérieure d’approbation du contrat de cession avec Wari, qui a été entre-temps valablement résilié, comme expliqué plus haut. Par conséquent, le décret du 1er août 2017 est sans effet, et Millicom travaille avec le gouvernement afin de clarifier la situation, vu les manœuvres de mauvaise foi de Wari pour tenter de présenter ce décret de manière trompeuse.

 

Les manœuvres de Wari et notamment l’assignation en justice qu’elle a notifiée devant la justice sénégalaise constituent une violation flagrante des engagements que cette dernière a pris à l’égard de Millicom, et le communiqué de Wari ignore ou travestit les faits et les termes du contrat passé entre les parties. Millicom continuera de se défendre et de protéger ses intérêts, et ceux de Tigo Sénégal, avec la plus grande détermination, par toutes les voies de droit à sa disposition.

Millicom a déposé une demande d’arbitrage contre Wari auprès de la Chambre de Commerce Internationale à Paris, conformément aux termes du contrat de cession. Millicom précise à cet égard que cette demande d’arbitrage n’a aucune incidence sur la poursuite du processus de vente au consortium.

Amayi Badji /// Journaliste Reporter au Magazine RÉUSSIR