Afrique du Sud : L’Economie pourra compter sur le Tourisme

Si son économie est au ralenti, l’Afrique du Sud pourra s’appuyer sur le Tourisme pour souffler.

Jacob Zuma, Président de l'Afrique du Sud

Jacob Zuma, Président de l’Afrique du Sud


La déclaration de son président Jacob Zuma, est sans équivoques, l’activité économique de l’Afrique du Sud, pays le plus industrialisé d’Afrique, est à la traine. «L’économie croit en dessous de son potentiel depuis trois ans et de nombreux ménages traversent des difficultés. Nous avons un objectif de croissance de 5% en 2019. Pour y parvenir, nous allons lancer différentes mesures et interventions pour faire décoller l’économie », a-t-il dit.

En termes plus clairs, l’économie a besoin d’un souffle nouveau. Un vent de soulagement qui pourrait venir du secteur touristique. En effet, selon un rapport publié aujourd’hui par PwC, le secteur du tourisme d’accueil devrait continuer à se développer au cours des cinq prochaines années grâce aux nombreux voyageurs à destination du continent africain. Selon Nikki Forster, responsable du secteur Tourisme d’accueil et Jeux d’argent : « Malgré l’affaiblissement de l’économie sud-africaine, l’augmentation des déplacements et du tourisme à l’étranger et la hausse du prix des chambres ont stimulé le tourisme d’accueil. »

Mieux, selon le rapport, d’ici 2018, en Afrique du Sud, le taux d’occupation global, tous secteurs confondus, devrait atteindre 58,4 %. Le revenu total de la location des chambres devrait s’élever à 28,7 milliards de rands (2 milliards d’euros) en 2018, soit un taux de croissance annuel moyen de 10,7 % par rapport à 2013. « Le taux d’occupation des hôtels devrait augmenter au cours des cinq prochaines années, dépassant celui des gîtes, des lodges de safari et des fermes d’hébergement, permettant aux hôtels de redevenir la principale catégorie d’accueil », indique N. Forster. D’après les estimations, le taux d’occupation des hôtels devrait passer de 58,9 % en 2013 à 71,1 % en 2018.

D’après les estimations, la capacité d’accueil totale devrait enregistrer un taux de croissance annuel moyen de 1,3 % pour atteindre 123 400 chambres en 2018 contre 115 700 en 2013. Les gîtes devraient connaître la croissance la plus rapide concernant la disponibilité des chambres avec un taux de croissance annuel moyen de 3,7 %. Les autres domaines devraient enregistrer une croissance plus lente. Le nombre de nuits passées dans des hôtels a augmenté de 4,8 % en 2013 alors que celui des gîtes et des fermes d’hébergement a chuté de 4,5 %. En 2013, tous secteurs confondus, le taux d’occupation total s’est élevé à 52,6 %. Bien que les gîtes/fermes d’hébergement aient enregistré le plus fort taux d’occupation avec 60,5 %, cette catégorie est la seule à avoir chuté en 2013 après un taux d’occupation de 65,3 % en 2012. «En 2013, les hôtels généraient 71 % du revenu total de l’hébergement. Cette part devrait passer à 73 % d’ici 2018 », assure le rapport.

Oumar Fédior
Oumar Fédior /// Journaliste Reporter au Magazine RÉUSSIR

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>