Exit Mimran, place à Forafric

C’est une page qui va bientôt se tourner. Jean Claude Mimran va céder la Compagnie sucrière sénégalaise (CSS) et les Grands Moulins de Dakar et de Côte d’Ivoire au groupe marocain Forafric.



Mastodonte de l’économie sénégalaise et créé par Jacques Mimran, la Compagnie sucrière sénégalaise (CSS), leader du sucre au Sénégal et seul producteur et les Grands moulins de Dakar et les Grands moulins d’Abidjan, leaders de la farine au Sénégal et en Côte d’Ivoire ont la particularité d’être toutes détenues par la famille Mimran. Et le moins que l’on puisse dire c’est que ce sont des entreprises qui pèsent lourd. En effet, selon Jeune Afrique, ces trois entreprises réalisent entre 196 et 262 milliards de francs de chiffre d’affaires. Mais bientôt elles cesseront d’être une propriété de la famille Mimran. Un consortium  agro industriel marocain Forafric va racheter les trois entreprises pour près de 656 milliards de francs Cfa. Avec cette acquisition de titan, le Maroc confirme sa volonté de marquer son empreinte dans l’économie ouest africaine.

Forafric, la montée en puissance d’un géant

Connu pour sa marque de semoule « MayMouna », Forafric est une entreprise marocaine spécialisée dans les sémoules au Maroc et pour mieux dominer le marché, elle vient de racheter son concurrent local Tria. Un rachat qui lui permet de mettre la main sur deux minoteries industrielles, une société de distribution, une unité de pâtes alimentaires et de couscous, ainsi qu’une société de négoce et de stockage de céréales. Ces actifs viennent s’ajouter aux quatre usines détenues par Forafric (deux unités de blé dur à Safi et à Casablanca et deux unités de blé tendre à Marrakech et à Essaouira). Ainsi, le groupe Forafric-Tria comptera près de 1 000 collaborateurs pour un chiffre d’affaires consolidé de plus de 186 millions d’euros. A ces deux acquisitions s’ajoute la création de MayMouna Food – Gabon, une plateforme logistique basée à Libreville et censée desservir le Gabon et les pays limitrophes (Guinée équatoriale, Cameroun, Congo et Sao Tomé-et-Principe), une opération finalisée en 2015.

Oumar Fédior /// Journaliste Reporter au Magazine RÉUSSIR

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.