• REUSSIR BUSINESS – actualités – économiques – sénégal
  • REUSSIR BUSINESS – actualités – économiques – sénégal
  • REUSSIR BUSINESS – actualités – économiques – sénégal
  • REUSSIR BUSINESS – actualités – économiques – sénégal

BAISSE PRIX ELECTRICITE: A qui le mérite ? L’Etat ou le baril de pétrole ?

C’est une des annonces phares du Président de la République Macky Sall, lors de son adresse à la nation. Le prix de l’électricité va connaitre une baisse de 10% et ce, à partir du premier bimestre de l’année 2017. Une mesure salutaire et saluée par toute la population. Mais une mesure qui intervient alors que le prix du baril de pétrole, après des mois de chute, commence à reprendre la courbe ascendante. Un paradoxe qui ne manque de susciter des interrogations. A quoi est-elle vraiment due ? Selon le Directeur général de l’Agence nationale de l’électrification rurale (ANER), Monsieur Djiby Ndiaye, «la diminution de 10% sur le prix de l’électricité est une performance excellente à saluer, parce que ce sont les conséquences des performances enregistrées dans le secteur de l’énergie qui ont amené le chef de l’Etat à annoncer cette décision. Quand le chef de l’Etat arrivait au pouvoir en 2012 non seulement le prix de l’électricité était à plus de 115 frs et il y avait une importante subvention de 120 milliards et en moins de 5 ans on a pu éliminer cette subvention et réduire le coût de la production », a-t-il expliqué.

Dans son adresse à la nation, le Chef de l’Etat expliquant la baisse du prix de l’électricité, n’avait en aucun moment évoqué un quelconque rapport avec le prix du baril. «Dans le secteur de l’énergie, autre pilier du PSE, nos efforts de redressement portent leurs fruits. Grâce aux mesures vigoureuses d’assainissement dans la gestion, la SENELEC qui accusait des pertes cumulées de plusieurs milliards, affiche un exercice bénéficiaire pour la troisième fois consécutive depuis 2014. La fourniture d’électricité connait une nette amélioration. Ainsi, de 912 heures en 2011, le temps moyen annuel de coupure a été réduit à 73 heures en 2016. Rien que pour l’année 2016, la SENELEC a mis en service 270 MW additionnels, soit plus de la moitié de ses capacités cumulées en 2015, qui étaient de 510 MW. Avec tous ces acquis, nous allons logiquement vers une baisse de 10% », avait-il assuré.

 

Oumar Fédior
Oumar Fédior /// Journaliste Reporter au Magazine RÉUSSIR

Sur le même sujet

6% de croissance PIB 3 ans co
Une première pour le Sénégal ?

Le ministre en charge du Plan Sénégal Emergent (PSE), Abdou Aziz Tall, indiquait récemment que...

Actualités
Bâtisseurs de l’économie
Place à la jeunesse en Côte d’Ivoire
Actualités
Comptabilité publique
Birima Mangara sur la reddition des comptes
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com